/medias/image/15105577155ba9f1501e801.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Angèle SORIA - ESIRéseau du mois de Janvier

ESIRESEAU du mois

-

09/01/2016

Interview d'Angèle SORIA (Promo 2010) réalisé par Elise Gicquel (Promo 2016)

Pourquoi avoir choisi la filière packaging à la sortie du lycée ? 

J'ai découvert l'ESIEC bien avant le lycée. J’ai rencontré l'ancien directeur de l'école Gilbert Bureau en 2001, j’étais en 4e. C’est en allant à la FNAC de Reims, où se tenait les Mercredis Avenir, que je l’ai rencontré lui et quelques étudiants. Ça m’avait beaucoup plu et j’ai donc construit mon orientation autour de ce nouveau projet.
 
Quels souvenirs gardez-vous de vos années ESIEC ? 
J'ai beaucoup aimé l'esprit d'équipe et l’ambition de vouloir développer une vraie identité de l'école. J’ai trouvé ça très chouette. Par contre j’étais très motivée et ce n’était pas toujours le cas de tout le monde.
 
Une anecdote à raconter ? 
Oui, mon premier jour ! Gilbert Bureau a raconté devant toute la promo comment il m’avait rencontré : «Ah oui ! Mais je te reconnais, je t’ai vu avec ta trottinette quand tu es venue au mercredi de l’avenir». Cette histoire m’a longtemps suivie. Le jour de la remise des diplômes on pouvait lire sur ma diapo : « tout a commencé avec une trottinette ».
 
Quel était votre cours préféré ? 
Les projets design ! Les projets qu’il fallait gérer en globalité, avoir une démarche créative, réaliser un prototype, imaginer comment cela pouvait être produit…
Déjà alors que j’étais en DUT je me levais le samedi matin pour aller suivre les cours de design d’emballage de la licence pro ! J’y ai rencontré Lars Wallentin lors de la première édition du concours PIDA. Complètement « givré » et passionné par son métier, il m’a appris énormément de choses. Il a créé un site internet, Packaging Sense,  que je vous encourage vivement à aller voir. Lorsque j’ai sorti mon premier emballage (Vertuo), je le lui ai confié pour qu’il fasse sa critique. Il était étonné car personne n’avait jamais osé lui envoyer un pack.
Cet intérêt s’est confirmé lors de mes études à l’ESIEC avec le designer industriel François Bertrand.  De par son expérience professionnelle, il a su rendre les projets d’autant plus intéressants !
 
Vous étiez présidente de l’Idéapack, comment c’était lorsque vous y étiez ? 
J’ai voulu m’investir dans cette association car je trouvais le concept d’une junior entreprise très sympa. Avant de reprendre l’association, il ne se passait pas grand-chose mais j’ai réussi à trouver quelques projets. J’ai notamment fait des porte-cartes de visite que j’ai fait fabriquer et imprimer par un fournisseur puis que j’ai monté à la main. Bien sûr, vu mon peu d’expérience, j’avais facturé trois fois moins d’heures qu’il fallait ! Je n’ai pas gagné beaucoup d’argent mais c’était une bonne expérience.
 
Quel a été votre parcours professionnel ? 
J’ai fait mon premier stage de DUT  en Angleterre à « The London Fancy Box». C’est une entreprise spécialisée dans les boites en cartons rigides de coffrets montées pour des coffrets de parfums, de spiritueux etc. C’était vraiment du design/prototypage. 
En première année ESIEC je suis allé chez Dior à côté d'Orléans. 
Pour mon stage de deuxième année, je voulais absolument travailler à l’étranger et faire du développement et de l’innovation. Après plusieurs propositions, j’ai intégré Nespresso en Suisse.
A la fin du stage de deuxième année, c’était le « drame » ! J’avais adoré mon expérience en Suisse chez Nespresso et j’ai donc tout fait pour revenir. Je suis notamment restée en contact avec mon tuteur de stage en le relançant de temps en temps. Un jour, il m’a appelé et m’a dit « Nous avons quelque chose à te proposer. Est-ce que tu veux venir en discuter ? ». J’y suis allée et dans les trente premières secondes de l’entretien il m’a dit « Si tu reviens ce n’est pas pour rien, ce n’est pas juste pour faire un PFE mais pour rester ». Et aujourd’hui j’y suis encore ! 
 
Qu’est-ce qui vous a tant donné cette envie de revenir et de rester en Suisse ?
Il y a plein de choses qui m’ont plu ici : les abords du lac, les montagnes, la ville de Lausanne, les musées et la vie culturelle qui est particulièrement riche. Ce sont la qualité de vie et le job qui m’ont fait rester mais aussi que je me sois très bien entendu avec mes collègues de travail.
 
Une réalisation dont vous êtes fière ?
Le nouveau système Nespresso Vertuo qui est sorti l’année dernière aux Etats-Unis. J’y ai consacré mes quatre premières années de travail. J’ai commencé à travailler sur ce projet lorsque j’ai fait mon PFE. C'était hyper confidentiel même au sein de Nespresso. Je suis rentrée dans le projet à la phase créative/innovation. Quand j’ai commencé, la forme de la capsule n'était pas encore définie mais il fallait malgré tout déjà créer un étui en carton pour y mettre les capsules. Les capsules étant fragiles, il fallait une séparation. C’est donc un emballage un peu complexe avec un calage maintenant les capsules individuellement.
Lorsque nous étions tout juste prêt à commander la ligne de production, le chef de projet a changé et le concept d’emballage avec. Il a fallu tout redémarrer ! Nous sommes donc repartis pour 1 an de développement et d'industrialisation au pas de course jusqu’au début de la production fin 2013 et la sortie en mars 2014.
 
Pouvez-vous nous décrire en quoi consiste votre travail chez Nespresso à Lausanne ? Quelles sont vos activités et responsabilités ? Qu’est-ce qui vous plaît ?
Aujourd’hui je fais du développement et de l'industrialisation. Je m’assure de développer un emballage qui peut se faire à l’échelle industrielle et l’amener jusque dans l’usine. Mon travail s’arrête lorsque les produits sont conditionnés de manière normale dans l’usine.
Je m’occupe principalement de la partie technique. Par exemple pour un changement de couleur, je dois la réaliser techniquement pour obtenir exactement la bonne couleur et vérifier qu’elle ne s’abime pas de la machine jusqu’au consommateur.
Il y a également des projets plus complets où nous développons l’emballage de A à Z, comme Vertuo. Nous mettons tout à plat et nous cherchons les fonctions principales que l’emballage doit posséder. Nous le faisons en interne ou avec des agences de design pack. J’ai la chance de faire un peu d’innovation, de sortir de la pure réalisation technique et de pouvoir faire partie du brainstorming. Ce qui me plait le plus est la partie innovation et faire des choses qu’on a jamais faites auparavant.
 
On peut vous appeler pour quel sujet / expertise?
Au sein de Nespresso j’ai développé une expertise dans le carton plat. La transformation du carton et la mise en forme du carton mais tout cela reste encore modeste pour le moment.
 
Un petit mot sur l’ESIEC ou l’Ampac?
On a souvent entendu que l’ESIEC est l’ECOLE de packaging. Même si la formation est bonne, cela ne fait pas tout. Le comportement et la capacité à aller chercher les informations comptent énormément en entreprise. Lorsque nous recrutons pour un stage, si nous avons le choix, ce ne sera pas forcément un étudiant de l’ESIEC que nous choisirons malheureusement. Il y d’autres formations qui elles aussi ont des qualités et l’enseignement packaging devient de plus en plus concurrentiel.
Concernant l’AMPAC, je compte sur Didier pour qu’il redynamise l’association pour que les anciens puissent apprécier la valeur de ce réseau. Il pourrait être utilisé non seulement pour des opportunités professionnelles mais aussi pour s’entraider ou tout simplement pour garder contact avec des gens que l’on apprécie. Je pense que beaucoup d’anciens seraient prêts à jouer le jeu. Lors des apéros entre anciens organisés en Suisse, les gens étaient extrêmement contents de se retrouver. On a assisté à plein de retrouvailles : « On s’est pas vu depuis 15 ans entre temps je me suis mariée et j’ai 3 enfants ! ». C’était vraiment génial !
 
 
 
 

950 vues Visites

Commentaires1

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

ESIRESEAU du mois

Mois partenaire Beiersdorf - ESIRéseau du mois - Jérôme Lerouge

User profile picture

Noélie LATASTE

12 mai

1

ESIRESEAU du mois

ESIRéseau du Mois AUTAJON - Patrice Guillaume

User profile picture

Didier RODENAS

17 octobre

ESIRESEAU du mois

ESIRéseau du Mois SAICA - Laetitia WEKSTEEN

User profile picture

Etienne LE MAROIS

14 novembre

1